Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

Témoignages


Marie-Claude Patron - Janvier 2007

En octobre 2006, j'assiste à une conférence-débat du FRES. Informée des objectifs de l'association, je m'y inscris, ainsi qu'à une série d'ateliers.

Parallèlement, un accompagnateur m'aide à faire le point sur ma démarche. Je ne reprendrai pas les arguments de la brochure d'information du FRES, on peut s'y fier les yeux fermés : l'accueil et la compétence de chacun des intervenants sont bien réels et les moyens mis en oeuvre optimaux.

J'ai 49 ans, je suis médecin de formation (15 ans d'acupuncture en dispensaire) et j'ai publié un roman, puis collaboré à titre amical aux différents projets de mon éditeur.

Au FRES, j'ai pu préciser les bases de mon nouveau projet professionnel : mettre mon expérience médicale au service de l'écrit, dans un secteur d'activité approprié. Le fait de se présenter, de travailler sur ses motivations et ses compétences, d'écouter les autres et d'échanger dans une ambiance conviviale, donne aux idées une réalité et une structure qui permettent d'y croire, encouragé par la pertinence des propos de l'accompagnateur.

"Identifier et activer son réseau" faisait l'objet d'un atelier qui m'a aidée à mettre en route le mien (pas l'atelier, mais le réseau): je viens d'obtenir une première "mission" grâce à mon premier contact réseau dans le mileu de l'édition médicale. C'est un début.

Le FRES n'agit pas à ma place. Il me donne les moyens de l'action : méthodes, réflexion, échange, confiance... et remise en question. L'effort de participation et les rencontres donnent corps à ce que l'on est et à ce que l'on veut.

On en sort mieux armé pour réaliser l'idée parfois un peu vague, qui devient projet véritable, que l'on avait en tête en y arrivant.



Marion Gayraud - " Terre en friche " - Mars 2007

Marion Gayraud est une artiste, céramiste qui réalise des œuvres d'art depuis des années.

En 2005, de retour d' un séjour professionnel en Tunisie, elle décide de développer, à partir de son art, une activité professionnelle de formation et de vente.
Elle prend alors contact avec le FRES pour étudier avec les consultants quelle type de structure pourrait héberger son projet et comment monter son Business plan.
Elle travaille sur son projet avec un accompagnateur et participe activement à plusieurs séances de l'atelier " Comment développer son propre job " animé par Rémy Prouvost, Manager de transition.

FRES : Marion, pouvez vous nous indiquer ce qui vous a poussé à prendre contact avec le FRES ? Quelles étaient vos motivations à l'époque ?

Marion : Céramiste rentrant de l'étranger, je voulais savoir si mon projet était viable, connaître la législation française, trouver la meilleure solution, et le statut social le plus léger pour gérer ma société.

FRES : Avez vous trouvé ce que vous recherchiez ? L'Atelier du FRES a t il répondu à votre attente ?

Marion : Oui, j'y ai trouvé les réponses à mes interrogations, des conseils et j'ai pu monter ma petite structure.

FRES : Ou en est votre projet aujourd'hui ? Quelles sont vos perspectives ?

Marion : J'ai réalisé mon projet, crée une société à Bénéfice Non Commercial et je me suis inscrite à la maison des artistes. Je peux donc maintenant, créer, exposer et vendre mes œuvres. Aujourd'hui je cherche un local plus grand, à loyer modéré pour pouvoir organiser des stages, exposer ou donner des cours au sein de mon atelier .

FRES : Vous avez réussi à transformer votre passion en activité professionnelle. Auriez vous des recommandations à faire auprès de femmes ayant des projets similaires au votre ?

Marion : Ma plus grande difficulté de l'époque était de trouver le bon statut, je ne trouvais rien de clair sur la législation et les démarches administratives à accomplir.
Oui, j'aurai à leur dire de ne surtout pas se décourager, faire appel à tous les organismes pouvant les conseiller, les orienter, et que bien accompagnées, elles trouveront toujours des solutions pour réaliser leurs projets.